FORMATION DU GOUFFRE

Tout à fait au début, il y a environ 200 millions d’années, notre Périgord n’existe pas : les eaux réunies de ce qui, plus tard, formera la méditérannée et l’océan Atlantique, recouvrent presque entièrement la France -du moins, ce qui va devenir la France ! Puis, la croute terrestre, bousculée par le feu de ses entrailles, se plisse, se gondole. Naissent ainsi les Pyrénées et les Alpes. Ce faisant, ces nouvelles terres repoussent doucement les eaux qui nous submergent. Maintenant apparaissent, au soleil, les couches sédimentaires, formées, au fond de la mer, par les roches terrestres, les sables et les cadavres de poissons, crustacées et coquillages, habitants des grands fonds. Ecrasé, tassé, tout cela forme ce grand plateau calcaire sur lequel se logera le Périgord.

Mais patientons, nous n’en sommes pas encore lĂ  !… Nous devons “laisser le temps au temps“ et Ă  l’eau, celui de faire son travail. Car c’est alors, (disons : il y a 100 millions d’annĂ©es), que l’eau ruisselle et commence Ă  creuser le lit des ruisseaux qui feront les grandes rivières ! et chacun et chacune, de dessiner sa vallĂ©e… Le soleil brille, l’eau coule, voilĂ  que le grand manège se met en route. La petite goutte d’eau s’évapore et retrouve, lĂ -haut, ses congĂ©nères ; elles se regroupent en de beaux nuages. Mais, comme il fait froid, elles se condensent et… retombent sur Terre, ayant fait le plein de gaz carbonique ! LĂ , au travers des vĂ©gĂ©taux qui ont commencĂ© Ă  pousser, elles se chargent d’acide (imide), et cherchent la faille des blocs calcaires, qu’elles taraudent et usent, filant dans les diaclases ainsi formĂ©es. Au passage, elles rĂ©cupèrent le carbonate de calcium, et continuent leur travail de sape, jusqu’à creuser des galeries, et mĂŞme… des gouffres ! Car les blocs de calcaire torturĂ©s s’effondrent et s’entassent tout en bas, formant une sorte de plancher.

Le manège de l’eau continue : les gouttes glissent sur le plafond et les parois du gouffre…

et tombent, non sans avoir montrĂ© au passage leur talent de dentelières. Stalagtites (celles qui tombent), stalagmites (celles qui montent), draperies, fistuleuses (fines comme des cheveux), excentriques (qui poussent dans tous les sens), perles, concrĂ©tions diverses, …l’eau dĂ©posant au fil des siècles son carbonate de calcium, nous fabrique des merveilles !

A l’abri des hommes, longtemps, longtemps, dans l’ombre du Gouffre de Proumeyssac, l’eau a sculptĂ© une extraordinaire cathĂ©drale de cristal…

 

 

GOUFFRE DE PROUMEYSSAC - Route de Proumeyssac - 24260 Audrix - Tél. : 05 53 07 27 47 - Fax : 05 53 54 75 03 - proumeyssac@perigord.com - Nos partenaires